Le CRA Limousin présente la plateforme IN’EA : Emploi Accompagné de la Corrèze
06/12/2022

IN’EA – Plateforme de l’Emploi Accompagné en Corrèze

 

 

En 2017, à la demande des pouvoirs publics, Josef Schovanec rédige un rapport sur le devenir professionnel des personnes autistes. Il relève que la perception du taux d’emploi s’avère difficilement quantifiable et qu’elle serait sans doute très faible.

“Indéniablement, la situation actuelle de l’emploi des personnes autistes en France n’est pas bonne.”
“Le malaise à traiter du sujet sur des faits et des chiffres […] ne peut tout simplement pas être suivi”.

L’accès et le maintien à l’emploi font par la suite l’objet d’une des mesures de l’engagement n°4 de la Stratégie Nationale 2018-2022 pour l’autisme au sein des Troubles du Neuro-Développement (TND) Pour faciliter l’insertion professionnelle de ce public, la Stratégie Nationale prévoit notamment de s’appuyer sur le déploiement d’un dispositif innovant, issu de la loi dite “Travail” de 2016, celui de l’Emploi Accompagné.

Comment fonctionne ce dispositif ? Comment est-il représenté sur notre territoire? Comment les particularités des personnes autistes y sont elles prises en compte ?

Présents sur les 3 départements (voir coordonnées en bas d’article), le CRA Limousin a rencontré les professionnelles de la plateforme IN’EA située en Corrèze et portée par l’APAJH 19, l’Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés.
Retour sur cette rencontre avec : Madame Souladié, sa Cheffe de service, et Madame Pestourie, Conseillère Emploi Accompagné.

 

 

Une implantation progressive sur le territoire corrézien

En 2017, l’Agence Régionale de Santé (ARS) lance un un appel à projet pour la mise en place d’une première plateforme de l’Emploi Accompagné à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine. Dès 2019, la plateforme gagne en proximité avec la création d’un seul dispositif par département. En 2020, un nouvel appel à candidature est lancé pour une spécialisation de l’Emploi Accompagné en faveur des personnes autistes.

Sur le territoire de la Corrèze, l’APAJH 19 répond aux différentes sollicitations et devient le premier porteur du dispositif.
Elle entraîne d’autres acteurs du handicap et de l’autisme en particulier pour le faire évoluer vers une plateforme locale permettant la mutualisation des ressources présentes sur son territoire d’intervention.


L’APAJH 19 peut actuellement s’appuyer sur une convention de groupement solidaire du Dispositif Emploi Accompagné co-signée par :

  • l’Association  des Pupilles de l’Enseignement Public (PEP 19)
  • l’Association Vieillesse et Handicap de Chamberet (AVEHC)
  • L’Association Soleil Corrézien autisme

Forte de cette mutualisation, la plateforme travaille également avec un vaste réseau de partenaires pour mener à bien ses missions. Bien que répondant aux besoins de l’ensemble des travailleurs en situation de handicap, elle porte une attention particulière sur l’emploi des jeunes adultes autistes qui, dans les faits, représentent une part importante de la composante de son public.

Données nationales : “18%, c’est la part [croissante] de personnes autistes dans le nombre total de personnes en emploi accompagné au 31 décembre 2021”.  (Disponible sur: https://handicap.gouv.fr/engagement-4)
Source : Ministère des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes Handicapées.

 

Un soutien à l’emploi sur le long terme qui ne se substitue pas aux autres dispositifs

L’objectif de l’Emploi Accompagné est de permettre aux personnes handicapées, y compris celles en ESAT, d’accéder et de se maintenir dans l’emploi par la sécurisation de leur parcours professionnel en milieu ordinaire de travail. Cet accompagnement sur le long terme concerne le travailleur handicapé, mais également son employeur.

Pour bénéficier d’une aide à l’Emploi Accompagné, les personnes doivent :

  • être âgées de plus de 16 ans;
  • être en situation de handicap et bénéficier d’une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH);
  • être demandeurs et à la recherche d’un emploi ;
  • ou être salariés du privé ou du public, en poste, pour sécuriser durablement son emploi.

“Toutes les personnes en situation de handicap n’ont pas à recourir à nos services. Elles doivent avoir expérimenté un maximum de dispositifs de droit commun dans l’aide à l’emploi. Les actions que nous mettons en œuvre sont développées en complémentarité et en articulation avec les actions existantes sur notre territoire. Nous devons donc être mobilisés à bon escient”. Madame Souladié.

Aperçu du dossier MDPH pour solliciter le dispositif d’emploi accompagné.

 

L’orientation vers la plateforme, si elle s’avère judicieuse et adaptée,  se fera alors :

  • Soit sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) ;
  • Soit sur prescription du service public de l’emploi : Cap emploi, Pôle emploi ou la Mission locale sans passage devant la CDAPH.

 

 

Une fois l’orientation prononcée, la personne doit prendre contact avec la plateforme pour y être intégrée :

Nous restons particulièrement vigilants à cet aspect car, pour des personnes autistes notamment, ce premier pas peut être extrêmement difficile. Même un simple SMS peut s’avérer compliqué.” Madame Pestourie.

Pour éviter que certains bénéficiaires ne soient laissés de côté, les professionnelles de l’IN’EA se réunissent tous les mois avec leurs partenaires en équipe pluridisciplinaire d’évaluation pour favoriser les arrivées dans le dispositif.

 

La combinaison d’un accompagnement médico-social et d’insertion professionnelle

Dès son entrée au sein de la plateforme, l’usager rencontre l’équipe de l’IN’EA. Il fait notamment connaissance avec son conseiller, appelé aussi job-coach, qui devient son interlocuteur unique et privilégié.
L’ensemble du dispositif et de son parcours sont alors rediscutés conjointement.
Le conseiller apporte son expertise et sa connaissance du terrain pour évaluer la situation de la personne, déterminer avec elle le projet qui lui convient le mieux, l’aider dans sa recherche d’emploi et/ou dans son maintien si cette dernière est déjà en poste.

L’une des particularités de ce suivi est qu’il perdure sur le long terme, si besoin sur l’ensemble d’une carrière. Le bénéficiaire peut en demander sa prolongation, ou non, comme dans le cadre d’un renouvèlement éventuel de sa RQTH.

Extrait du flyer de l’emploi accompagné. Disponible sur : https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/flyer_emploi_accompagne.pdf

La fréquence des rencontres va évoluer tout au long du parcours et en fonction des besoins exprimés.
Elles sont nombreuses et régulières à certaines périodes charnières. Ce peut être le cas comme lors de l’entrée dans le dispositif, lors de périodes de stage ou à l’arrivée sur un nouveau lieu de travail.
“Elles peuvent représenter 12h à 15h par mois de temps passés ensemble”, nous explique Madame Pestourie.
Ces temps s’espacent à d’autres moments du suivi. Les professionnelles de la plateforme corrézienne parlent alors de “mise en veille”. Les contacts, moins réguliers, sont toujours maintenus pour entretenir le lien.

“Nous avons actuellement une centaine de personnes que nous accompagnons au sein de l’IN’EA. Chaque conseiller suit environ 25 personnes. Nous sommes montés progressivement en puissance. Actuellement, il n’y a pas de liste d’attente. Nous intervenons sur l’ensemble du département de manière intensive et parfois en complément d’autres services médico-sociaux: SAMSAH, SAVS…” synthétise Madame Souladié.

 

Pour Madame Pestourie: “Nous sommes des travailleurs sociaux engagés dans l’insertion. Notre travail c’est aussi de développer l’autonomie sous toutes ses formes, comme l’accès au logement, aux transports, à la citoyenneté ou aux soins pour parvenir à l’emploi durable. Nous animons des ateliers collectifs pour que, dans un premier temps, certains sortent de leur isolement et développent une vie sociale.”

 

La prise en compte des singularités de l’autisme dans des univers de travail

L’insertion professionnelle sur le long terme et en milieu ordinaire pour les personnes TSA passent par un important travail de déconstruction des idées reçues sur l’autisme auprès des employeurs et des salariés. Il nécessite une forte action de sensibilisation au trouble et à ces éventuelles répercussions dans un quotidien de travail. Les conseillers jouent pleinement ce rôle de médiation afin que chacune des parties puissent apprendre à travailler différemment et s’adapter mutuellement.
Madame Pestourie, Conseillère Emploi Accompagné, nous fait part de sa pratique professionnelle à ce sujet :

Nous essayons de faire comprendre que les mots ne sont pas toujours parlants pour une personne autiste et qu’il peut y avoir un déficit sur le plan de la communication. Les temps informels, comme les temps de pause par exemple, où l’on discute de tout et de rien peuvent poser des difficultés. La gestion des interactions sociales et la traduction des émotions n’est pas non plus quelque chose d’aisée pour ce public. Il faut des consignes claires. Nous créons et mettons en application des séquentiels pour rythmer la journée. Sans ça, nous savons que la fatigabilité peut être plus importante. L’énergie du matin sera vite consumée”.

Une attention particulière est portée sur l’environnement de travail que ce soit en terme de matériel ou sur le plan humain.

La mise en relation avec l’employeur dans le cadre des premiers contacts est primordiale. Nous effectuons un grand nombre de visites en amont. Nous restons au côté de la personne lors de la présentation de son poste et nous continuons à être présente à ses côtés pour l’aider à effectuer son travail le temps qu’il faut“.

Etre dans le rythme de la personne et avancer avec elle selon ses capacités et ses angoisses, telle est la philosophie de l’accompagnement de l’IN’EA.

Nous travaillons beaucoup sur l’évaluation des possibilités de chacun. Certains sont déjà en emploi, d’autres sont dans une phase de recherche, d’autres encore ne sont pas prêts et ne le seront peut-être pas. Pour ces derniers, nous poursuivons notre accompagnement en les orientant vers d’autres dispositifs comme les chantiers d’insertion, les ESAT ou le bénévolat. Nous les aidons aussi dans leur demande de pension d’invalidité “.

Nous travaillons également beaucoup pour transposer les acquis dans le milieu professionnel et nous nous appuyons sur les centres d’intérêts de chacun comme renforçateur positifGrâce à leurs passions certains de nos bénéficiaires ont pu plus facilement s’insérer professionnellement. Un Monsieur que nous aidons et qui adore la mécanique a par exemple pu trouver une place dans un garage où actuellement il s’y sent bien“.

Un exemple, parmi d’autres, d’accompagnement et d’intégration d’une personne autiste en milieu ordinaire qui, espérons le, s’inscrira sur le long terme grâce au soutien actif de Madame Pestourie et de l’équipe de l’IN’EA.

 

Pour aller plus loin

Les dispositifs de l’Emploi Accompagné sur notre territoire :

IN’EA 19 – APAJH Corrèze 
1 rue Alfred Deshors 19100 Brive-la-Gaillarde | 05 55 17 90 28
contactinea@apajh19.org
https://www.apajh19.fr/inea

FORM ADAPT 23 
14 rue Raymond-Christoflour 23000 Guéret | 05 55 62 58 07 |
formadapt23@adapei23.asso.fr
https://www.ladapt.net/lemploi-accompagne

PLIMOT 87
5, rue Columbia – 87280 Limoges | 05 55 35 90 14
plimot@deltaplus87.fr
https://www.deltaplus87.fr/2022/05/05/plimot/

 

Ressources sur l’emploi et l’autisme

APEC. Simulateur d’entretien de recrutement [en ligne].
Un outil attrayant pour s’entraîner à choisir les réponses aux questions posées par un recruteur virtuel et ainsi se préparer en vue d’entretiens de recrutement.
Disponible sur : https://simulateur-entretien.apec.fr/#home 

CRA Limousin. Dossier Documentaire “Autisme et emploi”. Limoges. 2022.
Sélection documentaire issue du fonds du CRA Limousin.
Disponible sur : https://cra-limousin.centredoc.fr/index.php?lvl=cmspage&pageid=6&id_rubrique=1

DOCautisme. Insertion professionnelle. RD CRA. Paris. 2022.
Dossier documentaire en lien avec l’insertion professionnelle des personnes autistes.
Disponible sur : https://www.docautisme.com/index.php?lvl=cmspage&pageid=6&id_rubrique=140

MAHUT, Mickey ; KOUCHNER, Laurent. Autisme : le petit chasseur de fantômes. Upside Télévision / LCP-Assemblée nationale. 2022. Vidéo en ligne : 58 min.
Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=k9bHetPofcU

ROBERT, Sophie. Autisme et emploi. Dragon Bleu TV. 2020. Vidéos en ligne : série de 6 courts métrages.
Disponible sur : https://www.youtube.com/playlist?list=PL5znZRlMcbuI8qGoRwTQC4JViB8M8HZ8Q

VANSTEELANT, Fabienne. Autisme et emploi. GN CRA. Paris. [s.d.].
Disponible sur : https://gncra.fr/autisme/emploi/